La musique dans la collection Magnin

 

La musique dans la collection Magnin

 

24 septembre 2011 – 8 janvier 2012

exposition-dossier

 

 

Exposition Musique - musée Magnin

Cette exposition-dossier présente une vision originale d'œuvres du musée, fondée sur l'iconographie musicale. Pour le musicologue, le musicien, l'historien ou le sociologue, les œuvres picturales sont une source pour l'étude des formes et de l'évolution des instruments de musique, la technique de jeu, les compositions orchestrales, les pratiques instrumentales...

 

Pour le visiteur, elle est l'occasion de porter un regard différent sur les œuvres exposées et d'en découvrir d'autres qui proviennent des réserves du musée. Depuis l'Antiquité, la musique fascine et intrigue les peintres, et les sujets musicaux sont familiers dans les représentations picturales. D'importantes figures de la mythologie, suscités par la haute idée que les Grecs se faisaient de la musique, ont inspiré les peintres, tels Apollon et Orphée.

Si l'artiste ne peut rendre sur sa toile l'originalité liée à la nature immatérielle de l'art musical, il en évoque les traces sensibles, notamment les instruments, dont l'usage et la définition ont longtemps été codés. L'iconographie chrétienne tient ici une place importante avec la traditionnelle représentation des anges musiciens. .

 

La Renaissance reprend de l'Antiquité une rhétorique des deux musiques, divine et terrestre. Ainsi sont distingués d'un côté les instruments à cordes ou à vent, dits «bas ». En raison de leur douceur sonore, ils sont généralement utilisés pour évoquer les sujets religieux. Les bois, les cuivres et les percussions, qualifiés d'instruments « hauts », sont plus attachés à des thèmes historiques, guerriers ou populaires, par leur puissance sonore et la plus grande simplicité prêtée à leur apprentissage.

Les motifs musicaux sont assez souvent employés pour accompagner les corps en mouvement. Les gestes gracieux de la nymphe, l'élégance de l'aristocrate ou l'esprit pittoresque du paysan sont ainsi amplifiés par le luth ou la cornemuse. Les peintres qualifient volontiers par un répertoire musical salons, intérieurs bourgeois et nobles, rencontres champêtres, fêtes villageoises, noces et retour de pèlerinage.

En parallèle, et depuis le XVIIe siècle et la naissance de l'opéra, ce sont aussi les portraits de musiciens, chanteurs et compositeurs eux-mêmes qui se multiplient.

 

Cette exposition est une invitation à (re)découvrir quelques aspects de l'histoire, du contexte social et de la symbolique de la musique à travers sa représentation figurée.

 

 

Le journal de l'exposition est disponible à la boutique du musée (2€)