La bibliothèque

La Bibliothèque - Musée Magnin

 

Dans un décor élégant d’époque Louis XV, cette pièce fut aménagée pour rendre l’atmosphère intime d’un salon ; rideaux de soie et damas tendu sur le panneau y contribuent.

 

Mobilier, peintures et sculptures enrichissent cette pièce dominée par la grande bibliothèque vitrée datant du XIXe siècle. Au-dessus de l’une des portes et du miroir, des instruments sculptés dénotent l’intérêt du propriétaire pour la musique ; le frère d’Etienne Lantin fut le parrain de Jean-Baptiste Rameau, le grand compositeur dijonnais.

 

L’influence italianisante s’exerça tout au long du XVIIe siècle sur certains peintres hollandais tels Berchem, Asselijn ou Both ; elle apparaît dans la grande Vue du Belvédère de Jan Bloemen (1662-1749), pièce maîtresse de cette salle.

D’une toute autre veine sont les singulières peintures de Cornelis Saftleven (1607-1681), La Soif de l’or, signée et datée de 1636, qui présente une vision allégorique et terrifiante de la cupidité et Orphée et Eurydice aux enfers dans la même atmosphère à la Jérôme Bosch.

Parmi le mobilier, le beau Secrétaire à abattant d’époque Louis XVI, en laque de Coromandel, est estampillé Adrien Jérôme Jollain (maître en 1763). Les panneaux, provenant sans doute d’un paravent chinois, rappellent l’intérêt que le XVIIIe siècle porta à l’art oriental. Au centre de la pièce se trouve une Table à jeu de tric-trac d’époque Louis XVI.

Dans les vitrines de la bibliothèque sont rassemblées plusieurs terres cuites, notamment un bas-relief signé Jean-Pierre Dantan le jeune (1800-1869) évoquant de façon originale un chef d’orchestre vu de dos, probablement Habeneck, fondateur de la Société des Concerts.