Hercule couronné par la Gloire

Hercule couronné par la Gloire

Hercule couronné par la Gloire

Partager
Origine et date: 
Entre 1671 et 1726

Il s’agit d’une réplique du morceau de réception du sculpteur Martin van den Bogaert, dit Desjardins, présenté à l’Académie en 1671, aujourd’hui conservé au musée du Louvre (H. 77 L. 74 cm). Hercule triomphant, en appui sur sa massue et vêtu de la peau du lion de Némée, foule de ses pieds la dépouille de l’Hydre de Lerne. A gauche, la Gloire s’apprête à couronner Hercule.

La différence de dimensions entre les deux œuvres s’explique par les ajouts sur la version du musée Magnin : le prolongement de l’arbre dans la partie supérieure et les motifs floraux dans la partie inférieure. La guivre ou serpent, emblème des Lantin, fut également ajoutée. Ce dernier motif se retrouve également dans les métopes du plafond de l’escalier du musée et nous rappelle que les Lantin furent à l’origine de la construction de l’hôtel. On peut aisément supposer que ce relief fut réalisé entre 1671, date de la réception de Desjardins à l’Académie, et 1726, date de la vente de l’hôtel par la famille Lantin.

Né à Breda aux Pays-Bas, Martin van den Bogaert s’établit avant 1661 en France où il francise son nom en Desjardins. Il s’inscrit parfaitement dans le jeu d’échanges qui anima la vie artistique du XVIIe siècle. Depuis le début du siècle, nombreux furent les artistes flamands mais aussi néerlandais qui firent leur apprentissage à Paris et qui, pour certains, s’y installèrent.

Membre de l’Académie, jouissant d’une réputation bien installée, Desjardins reçut de nombreuses commandes dans différentes églises parisiennes, au collège des Quatre-Nations ou à la Porte Saint-Martin. Il collabora au décor de la façade du château de Versailles et du parc, mais son nom reste surtout attaché au monument à la gloire de Louis XIV qui fut inauguré en 1686 place des Victoires. Cet ensemble démantelé est aujourd’hui conservé en partie au musée du Louvre.