Putto chantant

Putto chantant

Putto chantant

Partager
Origine et date: 
1649-1650

En 1649-1650, La Hyre peignit sept toiles représentant les arts libéraux pour une pièce de l’hôtel parisien de Gédéon Tallemant, maître des requêtes. Les fonds d’architecture antique, que La Hyre affectionnait, donnait une unité à la série.

Certaines  figures allégoriques étaient accompagnées, comme La Musique, de génies ailés portants des attributs, mais seuls les deux fragments du musée Magnin – ce putto chantant et son pendant présumé, jouant de la viole de gambe - ont été retrouvés à ce jour.

La Musique se présentait donc comme un triptyque, dont la partie centrale se trouve aujourd’hui au Metropolitan museum of Art, à New-york. Paradoxalement et malgré le raffinement de cette peinture, la partition tenue par l’ange - figure généralement associée à la musique céleste – se rapporte à la mise en musique d’une chanson à boire de Philippot qui évoque la victoire de Bacchus sur l’amour.